La fraîcheur présente se divulgue plus belle,
En tous ces temps, pour redécouvrir l’abondance,
Dans cette prédilection est la nouvelle
Qui la dévoile de ces flocons en présence

En tous ces temps, pour redécouvrir l’abondance,
En chacun de ces humbles pas qui vient à naître !
Qui la dévoile de ces flocons en présence,
Pour se fondre dans cette flore à apparaître.

En chacun de ces humbles pas qui vient à naître
D’Elle ! La faune réjouit de ces plaisirs,
Pour se fondre dans cette flore à apparaître
En laissant place aux circonstances du désir.

D’Elle ! La faune réjouit de ces plaisirs.
D’une sècheresse où Elle n’est pas tristesse,
En laissant place aux circonstances du désir
Où les cycles décèlent la délicatesse.

D’une sècheresse où Elle n’est pas tristesse
À se préserver l’époque de ces envies,
Où les cycles décèlent la délicatesse
Pour bouleverser des beaux quidams en ces vies.

À se préserver l’époque de ces envies
Qui s’offrent d’Elle ! L’allégresse en toutes pluies.
Pour bouleverser des beaux quidams en ces vies,
Dans une pigmentation qui éblouit,

Qui s’offrent d’Elle ! L’allégresse en toutes pluies,
D’où est une luxueuse émanation,
Dans une pigmentation qui éblouit.
La nuit en offre cette propagation,

D’où est une luxueuse émanation !
Les saisons sont une parfaite brèche d’Elle.
La nuit en offre cette propagation,
La fraîcheur présente se divulgue plus belle.